New publication: E. Stavrianopoulou (ed.), Shifting Social Imaginaries in the Hellenistic Period

New publication on the topic of change during the Hellenistic period:

Shifting Social Imaginaries in the Hellenistic Period. Narrations, Practices, and Images, ed. by E. Stavrianopoulou, Leiden, Brill, 2013.

There is a long tradition in classical scholarship of reducing the Hellenistic period to the spreading of Greek language and culture far beyond the borders of the Mediterranean. More than anything else this perception has hindered an appreciation of the manifold consequences triggered by the creation of new spaces of connectivity linking different cultures and societies in parts of Europe, Asia and Africa. In adopting a new approach this volume explores the effects of the continuous adaptations of ideas and practices to new contexts of meaning on the social imaginaries of the parties participating in these intercultural encounters. The essays show that the seemingly static end-products of the interaction between Greek and non-Greek groups, such as texts, images, and objects, were embedded in long-term discourses, and thus subject to continuously shifting processes.

Source: http://www.brill.com/shifting-social-imaginaries-hellenistic-period


2 réflexions sur « New publication: E. Stavrianopoulou (ed.), Shifting Social Imaginaries in the Hellenistic Period »

  1. Ce qui mérite d’être discuté dans ce livre très riche, c’est la notion d’ “imaginaire social” ou d’ “imaginaires sociaux” en dialogue, qui me semble fort intéressante. L’articulation entre imaginaires et pratiques est bien illustrée notamment par le travail d’Eftychia Stavrianopoulou sur la syngeneia qui instruit les pratiques diplomatiques. Je conseille aussi vivement une lecture qui ne concerne pas l’Antiquité mais enrichit beaucoup notre réflexion sur des notions comme la “soumission subversive”: Sanjay Subrahmanyam, “Comment être un étranger”
    http://www.evene.fr/livres/livre/sanjay-subrahmanyam-comment-etre-un-etranger-1901516.php

    Ne le ratez surtout pas !

    1. Un grand merci, Corinne, pour cette référence très intéressante et pour la réflexion, que je partage complètement, sur le rapport d’interaction et aussi parfois de conflit entre imaginaires. Ce niveau discursif doit être lu à la fois comme outil et comme axe guidant les pratiques sociales. A’ ce propos, et dans l’esprit de condivision de ce blog, je signale l’intérêt méthodologique de l’excellent article de M. Haake, ” Writing down the King: The Communicative Function of Treatises On Kingship in the Hellenistic Period”, dans N. Luraghi (ed.), The Splendors and Miseries of Ruling Alone: Encounters with Monarchy from Archaic Greece to the Hellenistic Mediterranean, Stuttgart 2013. Pour la première fois à ma connaissance, Haake lit les traités Perì Basileias de la période hellénistique au-delà de leur existence littéraire fragmentaire, en les plaçant dans le contexte communicatif des rapports entre rois et poleis comme nous les connaissons de l’épigraphie (voir notamment J. Ma, Antiochos III et les cités de l’Asie Mineur occidentale, Paris 2004). Du coup, la dimension fort stéréotypée de ces traités prend sens dans la même perspective qu’on a déjà reconnu aux décrets et aux lettres entre le roi et la cité : celle d’intégrer ces rapports, en pratique évidemment déséquilibrés sur le plan de la puissance économique et militaire, dans une dimension partagée et reconnaissable de liens moraux, capable d’établir un horizon culturel plus acceptable pour la cité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.